Savoir lâcher prise

P1000669J’ai déjà eu l’occasion de le dire, Tarologie et développement personnel sont profondément, intimement liés. Un tirage correspond à un questionnement qui préoccupe suffisamment pour qu’on ait envie d’en savoir l’issue. Or, malheureusement, Tarot et datation ne font pas bon ménage et il peut s’écouler un laps de temps plus ou moins long avant que la situation ne se modifie.

Il est alors facile de céder à la tentation de multiplier les tirages en espérant y voir une accélération…qui n’apparait pas! Dans le meilleur des cas, le Tarot tiendra le même discours. Sinon, on risque de se heurter à un tirage complètement farfelu, sans interprétation cohérente possible, ce qui ne pourra qu’ajouter à l’anxiété.

Bien sûr, il y a des cas où notre action personnelle peut aider au dénouement favorable: un tirage de Tarot bien analysé permet de faire ressortir des conseils judicieux qu’il ne tient qu’à nous de mettre en pratique, mais là encore faut-il avoir la patience d’attendre le résultat. Toujours est-il que l’incertitude et le doute accroissent l’inquiétude et dans ce cas, le Tarot devient une sorte de refuge, un recours que l’on sollicite inlassablement… en vain. Tout cela parce que l’on a oublié qu’il n’est que le reflet des énergies qui animent un pan de notre vie, à un moment donné, et en aucun cas un vecteur d’évolution, positive ou négative.

Face à une situation stagnante, nous voilà raidis, tout entiers arc-boutés vers le but que nous voulons atteindre, vers l’issue que nous espérons. On y pense sans relâche et très vite, ça vire à l’obsession. Du coup, notre mental est complètement bloqué et tourné exclusivement vers ce qui nous fait PEUR. Conséquence logique de cet amalgame: une forte dose de stress, un pessimisme exacerbé qui alterne avec des phase d’optimisme démesuré dès lors qu’on refait un tirage, lequel optimisme retombe aussi vite qu’un soufflé quelques heures après…

Assez rapidement, on a une sensation d’étouffement, de prise au piège et d’enfermement. On en ressent que le blocage et on est incapable d’analyser la situation dans son ensemble. Le phénomène est amplifié quand on n’a aucune prise sur les paramètres de notre problème et qu’on est donc incapable de les modifier.

Ça vous parle? À moi aussi! Il a bien fallu que je me sorte, tout comme vous, de cette spirale infernale.

L’étude des Tarots m’a permis d’approfondir ce qu’on appelle le « développement personnel » qui n’est autre que savoir canaliser et maîtriser ses énergies. Le « lâcher prise » en fait partie et honnêtement, ce n’est pas si simple. Mais une fois qu’on le maîtrise, il a de merveilleux effets car il favorise aussi les bénéfices de la Loi d’Attraction. On essaye?

  • On se relâche

Parler de « lâcher prise » n’est pas un euphémisme mais correspond bel et bien à la réalité physique qui nous entoure. Quand vous pratiquez un sport, vous vous échauffez auparavant afin de détendre et d’assouplir vos muscles, sinon vous risquez une blessure: claquage, déchirure, entorse ou autre…Hé bien, pour le mental, c’est pareil. Face à une situation anxiogène, un mental raidi et non assoupli ne fera qu’amplifier les sensations négatives de mal-être, échec, et impuissance. TOUT CE QUI EST DUR FAIT MAL.

Concrètement, il ne s’agit pas de se répéter comme un mantra « je suis cool, tout va bien ». Non, ça ne marchera pas. En revanche, on peut aider efficacement son mental à se détendre en modifiant l’alchimie des cellules:

  • on pratique la marche, si possible tous les jours, dès que possible sinon. C’est un exercice fabuleux car, au fil des pas, l’esprit divague tout naturellement et se déconnecte ainsi des pensées douloureuses. Pas besoin de faire un parcours sportif, renoncer à prendre sa voiture ou le métro peut suffire… L’idéal est de disposer d’un espace vert pour profiter des énergies revivifiantes de la nature. On y dépose ses toxines, elles seront recyclées.
  • on pratique la méditation, autre exercice formidable pour nettoyer et alléger le mental. Comme pour la marche, on pense à autre chose et l’effet apaisant est immédiat. Il existe de nombreuses vidéos gratuites de médiation guidée sur You Tube. Ma préférée est « Méditation guidée avec les Archanges » de Doreen Virtue. J’y ai recours environ une fois par semaine, que du bonheur, surtout après une journée pénible où les idées noires reprennent le dessus.
  • On accepte la situation telle qu’elle est

C’est une évidence que ressasser, sortir son jeu de Tarot matin et soir n’arrangeront rien. Le fait est qu’on se refuse à admettre que les choses sont ce qu’elles sont, qu’elles ne nous conviennent pas mais qu’on n’y peut rien, en tout cas, pour l’instant…Il faut donc profiter des effets bénéfiques et relaxants de la marche et/ou de la méditation pour inspirer profondément et dire « j’accepte les choses telles qu’elles sont« .

Ce que je vous dis là n’a rien de nouveau, c’est même un des principes du bouddhisme. Mais c’est plus facile à mettre en oeuvre si on est préalablement passé par l’étape 1. L’acceptation est plus facile à mettre en place avec un mental assoupli que pendant une grosse crise de larmes.

En acceptant la situation telle qu’elle est, vous diminuez ainsi l’impact qu’elle a sur vous. C’est comme si vous transformiez une pierre en gros tas mou. Certes, elle ne correspond toujours pas à ce que vous souhaitez mais au lieu d’apparaître comme un bloc rigide aux arêtes coupantes, elle n’est plus qu’une masse informe, peu agréable mais incapable de couper ou blesser.  Elle n’est plus qu’un « mangé cochon » où vous n’avez pas à mettre les mains. Pour finir, visualisez le jour où elle n’existera plus, vous ressentirez un intense soulagement.

  • On pratique la gratitude

Gratitude est un mot que l’on retrouve à toutes les sauces en ce moment dès que l’on aborde un thème de développement personnel. Et pourtant je n’en connais pas d’autre pour exprimer plus justement le fait de manifester de la reconnaissance envers un bienfaiteur. Alors, vous me direz « pourquoi être reconnaissant alors que je n’ai pas ce que je veux et que j’en souffre? » Hé bien, pour deux bonnes raisons: primo, si vous passez votre temps à exprimer de la douleur, vous émettez une vibration négative qui, en accord avec les principes de la Loi de l’Attraction, vous renverra de quoi nourrir cette douleur en l’agrémentant au passage d’une bonne dose de frustration. Secundo, soyons honnêtes: même dans les cap difficiles, notre vie ne se résume pas à ce qui nous tourmente, même si la souffrance, le manque ainsi engendrés prend toute la place. J’aime bien rappelle cette citation du film Apollo 13 – une histoire vraie d’astronautes en perdition près de la Lune et incapables de revenir sur Terre en raison d’une panne majeure – où le chef de mission, après le compte-rendu catastrophique de son équipe, se gratte la tête et demande  » Bon, qu’est-ce qui fonctionne encore sur ce rafiot?« …Hé bien, même si votre vie vous semble être un rafiot délabré voguant au gré des flots furieux, il y a quand même quelque chose qui permet de naviguer, même si c’est à la force des bras. Et rien que pour ça, dites merci. Merci de ne pas être manchot!

Le fait d’exprimer sa gratitude, même pour de toutes petites choses, génère un sentiment de bien-être extrêmement positif qui sert de bouclier contre les sentiments négatifs dus à une situation non désirée.

  • On persévère

Certains jours iront mieux que d’autres où le négatif cherchera à prendre le dessus. C’est précisément dans ces moments là qu’il ne faut pas ralentir l’effort. Lâcher prise ne s’obtient pas en un jour, il faut la volonté et l’endurance. Comme pour tout. Mais quand vous aurez ressenti la satisfaction de vous dire que oui, il y a une situation qui ne vous convient pas mais bon…pour l’instant, vous n’y pouvez rien alors autant l’intégrer dans les paramètres de votre vie actuelle et la laisser évoluer sans vous en mêler…jusqu’au jour où vous sentirez que là, vous pouvez agir…!

PS: C’est du vécu, je vous jure que mes Tarots dorment sagement dans leurs boîtes, sauf quand je les aère pour mes copines, histoire de ne pas perdre la main…Il y a des pans de ma vie que je souhaiterais différents mais qu’il n’est pas en mon pouvoir de changer actuellement. Après avoir beaucoup ruminé, j’ai décidé d’expérimenter le lâcher prise et j’ai constaté que non seulement je supportais mieux la situation mais que celle-ci évoluait, tout doucement mais sûrement, comme je le souhaitais… CQFD!

Publicités

3 réflexions sur “Savoir lâcher prise

  1. Pingback: Le Pendu | Le Tarot des Filles

  2. Pingback: Savoir maîtriser son attitude et sa posture | Le Tarot des Filles

  3. Pingback: Pour aider au détachement et au lâcher-prise | Le Tarot des Filles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s