Identifier ses maux: le cahier des mots

Mon cahier de mots...

Mon cahier de mots…

Bien souvent, j’ai des demandes de consultation par des personnes qui expriment un grand mal-être: tout leur semble bloqué mais surtout, elles ont le sentiment de ne pas être à leur place, que ce soit sentimentalement ou professionnellement. Cet état de fait génère une grande souffrance provoquée en partie par l’impossibilité pour elles d’identifier avec précision la cause et les effets de leur souffrance.

Je ne suis pas thérapeute mais comme bon nombre d’entre vous, je suis passée – et passe encore – par des moments difficiles. Un bref passage chez un psychologue m’a rapidement convaincue qu’il ne pourrait rien pour moi. Pendant des années, j’ai ainsi traîné des boulets dont les sources étaient très anciennes, adoptant de ce fait des postures faussées par rapport à mon entourage, ce qui provoquait…des réponses faussées et accentuait un peu plus mon désarroi.

L’écriture est mon autre activité et dans un premier temps, c’est ce qui m’a servi à me reconnecter à ce que l’on a coutume d’appeler « l’enfant intérieur », c’est à dire celui ou celle que l’on était avant que les expériences de vie ne dénaturent l’innocence originelle et sans peur du tout-petit. Mais une fois l’ouvrage en cours terminé, les vieux démons et leur cortège de désagréments existentiels reprenaient allègrement le dessus.

Lassée de terminer mes journées en mode négatif, j’ai alors décidé d’utiliser une méthode pas nouvelle mais qui a le mérite d’exister: acheter un joli cahier, un stylo tout aussi mignon et noter tous les petits bonheurs glanés ça et là. Les noter avant d’aller dormir, les relire le matin, permet au moins d’évacuer la sensation de pesanteur ressentie quand on a l’impression que rien ne va. Toutefois, cette méthode Coué littéraire a ses limites: si elle permet de se rendre compte que tout n’est pas si noir, elle est en revanche inefficace ou en tout cas insuffisante pour dénouer les fils des maux.

Continuant à éprouver le besoin de me rassurer, j’ai décidé d’élargir l’activité du cahier de mots en y transcrivant des citations, des extraits d’articles qui pourraient m’aider à reprendre pied et à y voir clair. Certaines d’entre elles m’ont beaucoup aidée, je la partage ici avec vous:

 » Vos peurs sont raccrochées à de vieux réflexes, ceux qui vous ont empêché de réaliser vos envies et de croire à vos rêves!

Vos peurs n’ont pas de racines dans le présent, mais elles sont installées dans le passé, voire même depuis votre enfance, si cela se trouve, ce ne sont même pas les vôtres!

Lâchez les, acceptez de vivre sans, pour voir…

Interrogez vous quand les choses traînent, si vous vous y êtes pris de la bonne manière…

Avez-vous mis en route un nouveau fonctionnement ou est-ce que vous surfez toujours sur vos anciens schémas?

Assumez d’être qui vous êtes.

Faites une chose après l’autre, mais faites! »

D’où une nouvelle utilité pour mon joli cahier: mettre des mots sur mes maux.

Concrètement, ça donne quoi?

  • lister point par point ce qui ne fonctionne pas…Exemple « je stagne professionnellement » ou « ma vie privée est un échec sans cesse renouvelé » ou encore «  j’ai le sentiment d’être de trop »
  • décrire les ressentis par rapport au vécu
  • établir si possible, une chronologie…depuis quand cela a t-il commencé? Le sentiment de mal-être remonte bien souvent à assez loin. Cette étape peut prendre plusieurs jours mais elle est indispensable pour remonter le fil de la pelote.

On peut alors isoler et identifier la source du mal-être: il faut l’écrire en détaillant le plus possible. Mettre un nom sur l’origine de sa douleur permet de l’affronter en face en ayant le choix des armes.

Voici un exemple:

SOURCE DE MON MAL-ÊTRE:

– absence du père

-sentiment d’abandon de la mère

CONSÉQUENCES:

– aucun paramètre de reconnaissance personnelle

– aucun critère de positionnement adéquat face aux autres

DEGÂTS PROVOQUÉS:

– demande affective trop importante

– besoin de protection exacerbé

– ces demandes étant formulées auprès de personnes n’ayant pas la capacité d’y répondre.

À ce stade, il est important de comprendre que si on n’a pas reçu la réponse que l’on souhaitait, ce n’est pas parce qu’on n’en n’est pas digne mais tout simplement parce que les personnes auxquelles elles étaient adressées n’étaient pas en mesure de les satisfaire.

Il est bien évident que la mésestime de soi est le fait générateur d’échec dans de nombreux domaines de la vie puisque l’individu se considère comme incapable ou non-autorisé à obtenir satisfaction.

En général, la solution consiste à éteindre le besoin pour ne plus faire de demande. C’est l’étape la plus difficile car la prise de conscience des croyances limitantes et erronées ne veut pas dire qu’on s’en débarrasse automatiquement. Ce serait si simple… Il y a un travail à faire sur le fait de couper les liens avec les personnes toxiques qui entretiennent cet état de doute et de peur et aussi sur la nécessité d’apprendre à s’aimer et avoir conscience de sa valeur. C’est à ce moment qu’il est judicieux et efficace de consulter un professionnel, la majeure partie du travail d’introspection ayant été accompli.

Aussi étrange que cela puisse paraître, le Tarot est d’une grande aide pour les consultants « perdus » qui n’ont pas encore parcouru ce cheminement. Il permet de situer la racine du mal assez rapidement et d’aiguiller ainsi la personne sur les pistes de sa réflexion. Il ne faut pas oublier qu’il est le reflet de l’âme…

Quand j’ai affaire à ce type de demande, j’effectue un tirage « à la volée » pour cerner les difficultés émotionnelles et tenter de discerner leur origine. Cela fait, je propose la méthode du cahier de mots pour approfondir cette ébauche puis recommande au consultant de faire appel à une aide extérieure et dont c’est le métier.

Il est bien évident que dans un tel cas de figure, il est exclu de faire un tirage sur un éventuel devenir affectif ou professionnel. Les lames ne montrent alors que du blocage et rien d’autre. L’avenir ne se prédit pas, il se construit…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s